R.J. Ellory ou Portrait de l'artiste en majesté

​Lu dans Le Monde des Livres de ce vendredi 7 septembre, sous la plume de Macha Séry, un article intitulé « On n‘est jamais mieux servi que par soi-même » (article qui, au moment où je poste ce texte, n’est pas accessible sur le Net). Elle y raconte comment l’écrivain britannique R.J. Ellory fait sa propre promotion sur Internet en s’autolouangeant – si je puis me permettre ce néologisme qui mériterait d’exister – sur les sites de vente (de livres) en lignes et sur ceux qui proposent aux internautes des critiques rédigées par d’autres internautes.

Toute la Toile ne parle plus que de ça. Pour être dans l’air du temps, disons que cet incident fait le buzz, à tout le moins dans le petit monde de la littérature. Car enfin, le coupable n’est pas un modeste écrivaillon plus ou moins inconnu qui s’en va à la chasse aux lecteurs. À tort ou à raison, ce R.J. Ellory est considéré – surtout par lui-même semble-t-il – comme l’un des maîtres actuels du polar. Son succès, ses ventes et sa réputation sont considérables. Je lis peu de policiers et autres thrillers, et je ne puis donc émettre d’opinion quant à son talent ou quant à la qualité de ce qu’il écrit mais il n’a, en tout cas, nul besoin d’auto-publicité, c’est évident.

Alors ? Problème d’ego ? Besoin fou de reconnaissance, de notoriété ?

Étrange, quand même ! Certes, je peux comprendre que l’on tente d’attirer sur soi les regards, de susciter la curiosité, fût-ce par le port de chapeaux pompiliens ou par la diffusion de quelque légende plus ou moins exotique. Je peux comprendre que l’on se réjouisse d’être lu et apprécié, voire encensé. Et je comprends tout à fait que l’on parcoure avec curiosité, avec attention, avec délectation le cas échéant, les critiques favorables que l’on peut trouver ici ou là : « J’ai des lecteurs, et ils aiment ce que j’écris. Mon travail est apprécié… ». Quoi de plus normal, quoi de plus humain ? Mais quel intérêt, vraiment, à les rédiger soi-même, ces éloges, sinon celui de booster les ventes ? Et encore, rien n’est moins sûr. Car j’ai peine à croire que les visiteurs de ces sites soient assez naïfs pour acheter tel ou tel livre à l’instigation de commentaires dithyrambiques émanant d’un parfait inconnu.

Il doit y avoir une bonne part de mal-être derrière ces manœuvres aussi malhonnêtes que… désarmantes de naïveté. Tant il est vrai que la plupart des écrivains et des artistes en général sont souvent quelque peu névrosés. Sans quoi ils n’écriraient pas, ils ne composeraient rien, ils ne peindraient guère. Ceci en est une nouvelle preuve.

Je me dis aussi que, peut-être, ce monsieur Ellory au troublant pseudo va faire des émules. Au fond, l’idée n’est pas mauvaise. Voilà ce que nous devrions tous faire, nous qui passons des jours et des nuits à inventer des histoires, à apparier des mots, à créer des textes, des images, des formes, de la musique ou autre chose, souvent en vain et sans que personne ne s’intéresse vraiment au résultat de tant de travail et de peine. Bien sûr, le risque existe de se voir démasqué comme l’a été notre britannique fraudeur. Il doit y avoir moyen cependant de contrer ce danger. Il suffirait que toutes ces flatteuses critiques émanent de quelqu'un qui ne soit pas l’artiste lui-même. Amis, époux et épouses, amants, petits amis, parents, cousins, frères et sœurs, grands-parents, enfants, voisins, débiteurs, camarades de classe, collègues de travail et autres relations proches ou lointaines, qu’attendez-vous donc pour vous lancer dans l’aventure ?

Mieux. Pourquoi ne pas constituer une sorte de club d’ « artistes associés » au sein duquel chacun s’engagerait à encenser les œuvres de tous les autres ? Que voilà une idée qu’elle est bonne, n’est-il pas ? Plus personne ne lira nos livres, mais chacun en dira le plus de bien possible. Nous serons célébrés, adulés, fêtés. Nos noms et nos images circuleront sur le Net sans lequel rien ni personne n’existe plus vraiment. Dans la foulée, nous serons invités sur les plateaux de télévision de ces talk-shows plus consternants les uns que les autres, mais l’essentiel n’est-il pas d’être vu et de faire parler de soi ? On créera des reality shows rien que pour nous. Je me vois déjà « tout en haut de l’affiche » ou enfermée dans un loft, un château, une grotte, une cave même, une cage de verre, une piscine vide (ou remplie), une isba, une cellule monastique, un cachot… en compagnie de quelques autres peintres, musiciens, poètes et écrivains en tout genre, à discuter des mérites comparés des fruits avariés et des légumes pourris, ou de l’impact du thé noir sur les neurones selon l’heure à laquelle il est consommé (même si je préfère, quant à moi, le thé vert).

Je lance donc ici un appel solennel à tous mes confrères en écriture et en création en général : réunissons-nous au sein d’un club, d’une association, d’une ASBL. Rédigeons et déposons-en les statuts. Et puis jetons-nous à l’eau, plongeons dans l’océan toujours plus vaste de l’Internet, et postons-y des messages, sans trêve ni repos, à la gloire de tous ceux qui se seront affiliés avec nous.

En commençant par moi, bien entendu.

Ajouter un commentaire