Quand un éditorialiste français se prend pour le centre du Monde

 

Monde
 

LETTRE OUVERTE À MONSIEUR L'ANONYME ÉDITORIALISTE DU JOURNAL « LE MONDE », C'EST-À-DIRE À L'AUTEUR DU TEXTE « LA BELGIQUE, UNE NATION SANS ETAT ? » (LE MONDE 23.11.2015).

Je suis belge. Je vis à Bruxelles, non loin de la commune de Molenbeek. J'ai derrière moi une longue carrière d'enseignante. Je suis aussi écrivain et lauréate de deux prix littéraires, et j'ai quelquefois publié dans des maisons d'édition françaises qui ont pignon sur rue et ne font pas de compte d'auteur, je le précise au passage ; je tiens à votre disposition toutes les infos supplémentaires que vous pourriez souhaiter.

Je suis belge. L'une de mes grand-mères était française, l'autre anversoise et à demi juive. L'un de mes grands-pères était d'origine hollandaise, l'autre était un Flamand francophone de Courtrai, professeur de grec et de latin de surcroît (vous savez ? ces langues que l'on ne juge plus utile d'enseigner chez vous). Et je ne vous parle même pas des racines de mes enfants du côté paternel. Mon père a suivi une partie de sa scolarité à Molenbeek, ce lieu de perdition dont les Français ne sont pas capables de prononcer le nom. Bref, je suis une vraie belge, une « zinneke » comme on dit chez nous, dans le langage des bas-fonds de Molenbeek (encore).

Blason molenbeek

Je suis belge et bruxelloise. L'un de mes fils habite Molenbeek. Je lui ai suggéré d'édifier un bunker dans son jardin afin de se protéger des éventuels bombardements que pourrait initier votre grand humoriste Eric Zemmour.

Je suis belge et bruxelloise. Et j'en ai assez d'entendre la France ​donner des leçons au reste du monde, et aujourd'hui à « ses amis, ses frères » belges. Oui, je sais : la France est « la patrie des droits de l'homme », et elle ne se prive pas de le répéter partout et sur tous les tons, à temps et surtout à contretemps. Les droits de l'homme… Il me semble me souvenir que ces droits-là sont nés chez vous sous un régime très justement baptisé « La Terreur », ce qui prouve que l'humour français si justement réputé (celui de Dieudonné et de Zemmour notamment) ne date pas d'aujourd'hui… Encore heureux qu'il n'existât pas, à cette joyeuse époque, de kalachnikov ni de ceinture d'explosifs ! Car cette France qui aime tant à se définir par « les valeurs de la République » et à se présenter comme « la patrie des droits de l'homme » devrait se souvenir qu'elle s'est construite, cette république, sur un bain de sang que l'Iran des Ayatollah (ou le pire des djihadistes) n'eût pas renié. Combien de gens coupés en deux au terme de pseudo-procès, pour la seule raison qu'ils étaient prêtres ou portaient un nom à particule ? C'était il y a plus de deux siècles, me direz-vous. Certes. Vichy, par contre, et le Vel d'Hiv, c'est plus récent me semble-t-il. Tout comme le métro Charonne. Et je ne cite que pour mémoire votre sanguinaire, conquérant et impérial Napoléon.

« En bon jacobin, on s'étonne de la vacance régulière du pouvoir et de leurs sept Chambres parlementaires » écrivez-vous. Mais oui, étonnez-vous, tout comme nous nous étonnons ici de vous voir insulter et mépriser ceux que vous avez élus à la fonction suprême, traitant l'un de « Bling bling » avant de le poursuivre en justice pour toutes sortes de magouilles et de malversations, traitant l'autre de « Flamby » ou d'incapable.

Aucun sang impur n'a jamais abreuvé nos sillons, et cela fait bien longtemps que chez nous le mariage pour tous et l'euthanasie sous de strictes conditions sont entrés dans les mœurs et dans les lois. Sans manifestations, sans émeutes, faut-il le préciser ? Car figurez-vous que notre nation (qui à vous en croire serait sans État, à moins que ce soit l'inverse) fait souvent preuve de moins d'intolérance brutale que la vôtre…

« La sympathique Belgique est devenue une plaque tournante du djihadisme » écrivez-vous encore. Comme vous avez raison ! Autant vous l'avouer tout de suite : Charlie-Hebdo, c'était nous. L'avion russe descendu en Egypte, l'attentat de Bamako, le Thalys, la destruction de Palmyre, les attentats du World Trade Center, les 200 morts de Madrid, les attentats anciens et récents en Tunisie, la guerre du Liban peut-être… Tout cela, c'était nous, la « plaque tournante du djihadisme ». Les jeunes filles kidnappées au Nigéria et Boko-Haram lui-même, c'était encore nous. Même si l'ennemi public numéro un, le désormais trop fameux Salah Abeslam, est présenté dans tous les médias (y inclus ceux de l'Hexagone) comme un ressortissant français. Mais qu'importe, pourvu que vous puissiez, tels des gamins dans une cour de récréation, répéter à l'envi, pointant le doigt sur l'un ou l'autre camarade qui n'en peut mais : « c'est pas nous, M'sieur, c'est les autres, ».

Je voudrais quand même vous rappeler (ou vous apprendre, car de toute évidence vous ne savez pas grand-chose de notre petit royaume qui pourtant se trouve à votre porte) certains faits. Des « cités », des « banlieues dans lesquelles la police ose à peine intervenir », « l'enfer du 93 » (selon Le Figaro du 12/12/2011), des émeutes urbaines sanglantes, des exécutions presque quotidiennes dans certaines grandes villes (comme Marseille), tout cela n'existe pas chez nous. Nous n'avons pas de « quartiers » comme les vôtres, sortes de cités dans la cité pour ne pas dire d'États dans L'État. Bien sûr, il y a plus de Belges de telle ou telle origine dans certaines communes de Bruxelles (Molenbeek, Saint-Gilles, Anderlecht, Schaerbeek, l'antique quartier des Marolles…), tout comme il y a plus de Français immigrés fiscaux dans nos communes les plus riches, les plus « chic », comme Uccle. Mais globalement, les choses se passent plutôt bien. Les gens s'entendent. Nombre de mes étudiants plus ou moins exotiques et de mes étudiantes, même voilées, m'ont souvent déclaré leur fierté d'être belges. Nos partis d'extrême-droite, à côté des vôtres, font figure de petits plaisantins. Pas de saga Le Pen père, fille et petite-fille chez nous. Pas de « détail de l'histoire ». Nombre de nos ministres, de nos députés, de nos politiciens, de nos journalistes, portent des noms qui de toute évidence ne sont pas « de souche ». Nous en avons dont les parents ou grands-parents étaient turcs, italiens, marocains, espagnols ou congolais, pour ne citer que ceux-là. Et c'est très bien ainsi.

Je suis belge et bruxelloise, et j'aime vivre dans cette ville métissée, multiculturelle, vivante et joyeuse.

« La Belgique est devenue un centre d'endoctrinement et de recrutement » écrivez-vous. Peut-on savoir sur quoi vous vous appuyez pour proférer de telles âneries ? Hélas, des « recruteurs », des endoctrineurs et des fous dangereux, il y en a partout, chez nous comme chez vous. Comme en Allemagne et même comme en Suède ai-je lu récemment.

Un peu d'histoire encore, une science que vous semblez méconnaitre autant que la géographie. Pas de Vel d'hiv chez nous. Pas non plus de tribunaux d'exception pour voter la décapitation d'un roi et celle de milliers de nobles ou de « calotins ». Pas de « métro Charonne » ni de guerre d'Algérie. Pas de « jungle de Calais » de notre côté de la frontière. Pas non plus de responsabilité directe dans le génocide rwandais, si je puis me permettre de vous rappeler l'action de la France dans ce drame, dénoncée et avérée depuis.

Oh, bien sûr, vos « frères et amis belges » ne sont pas parfaits. Il est exact, comme vous l'écrivez encore, que « rapporté à sa population, le pays fournit le plus gros contingent des combattants européens en Syrie », et ce n'est pas moi qui pourrai vous expliquer la cause de cette triste réalité. Ni l'inventer, comme vous le faites si bien.

« Il faut aider (la Belgique) à se protéger et c'est ce que font les services français. Mais le pays doit se ressaisir » écrivez-vous. Mais bien sûr ! La France, tel Zorro, va résoudre une fois de plus tous les problèmes qui ne la concernent pas en « aidant » ses voisins à « se ressaisir ». Comme au Rwanda. Comme en Algérie. Bigre, tout cela m'effraie un peu.

Si je n'avais pas peur de me faire taxer d'intégrisme au nom de votre sacro-sainte laïcité (dont on a vu les résultats), je vous rappellerais la parabole de la paille et de la poutre. Je vais plutôt me contenter d'un conseil assez banal : balayez donc devant votre porte, avant de vous soucier de celle de vos voisins. Je vais aussi vous citer, dans la foulée, un proverbe bruxellois, histoire de ne pas décevoir votre goût du folklore : « Celui qui crache en l'air, ça lui retombe sur le blair. » Et cessez donc de vous croire irréprochables et supérieurs au reste de l'humanité. Les Belges ont beau avoir de l'humour, à la longue, votre arrogance dont je veux croire qu'elle n'est pas celle de la France entière, Monsieur l'anonyme éditorialiste du journal « Le Monde », mais la vôtre propre (si l'on peut dire), devient lassante. Cessez aussi d'utiliser des termes dont vous semblez ignorer le sens, tel le mot « régalien » qui n'a que faire dans ce contexte, puisqu'il concerne « les prérogatives du roi ». Rappelez-vous : les plus grands grammairiens, tels Maurice Grevisse ou Joseph Hanse, étaient… belges.​

Commentaires (3)

Cath Tili
Un éditorialiste "anonyme"? un courageux quoi !
Martine Crasez
  • 2. Martine Crasez (site web) | 31/03/2018
Bravo !
Argali Lit
Superbement dit et redit.

Ajouter un commentaire